Comme un étrange repli dans l’étoffe des choses ⋅ Expériences critiques, Hubert Haddad

 

 

En nous offrant quelques-unes de ses préférences, Hubert Haddad nous livre une sorte d’autoportrait à la manière d’Arcimboldo. On y croisera des trains, on entendra une défense du roman, on y embarquera avec Paul Wenz, on suivra Proust, Gracq, Hugo, Châteaureynaud et on vaquera dans les limbes de Modiano… Facettes d’un miroir habité et terriblement inspiré.

ISBN : 9782909688824 ⋅ 160 pages, trois illustrations, 16 €

 

________________________________

16,00Ajouter au panier

  • couvhdp-3

    Heures de Paris,
    les nouvelles minutes parisiennes
    1900-2020

    7H du soir 

    Gustave Geffroy / Illustrations de Joaquim Sunyer

    Louis-Stéphane Ulysse / Illustrations de Thomas Beulaguet

    9H du soir

    Jean Lorrain / Illustrations de Théophile-Alexandre Steinlen

    Jean-Philippe Domecq / Photos de Jean Philippe Domecq

    10H du soir

    Joris Karl Huysmans / Illustrations de Charles Jouas

    8h du matin

    Nadja / Illustrations de Nadja

    Présentations : Douban et Conception : Maurice Miettte

    Ce premier tome qui présente trois heures de Paris vues en 1900 et en 2020 s’inscrit dans un ambitieux projet de trois tomes et de neuf heures parisiennes.

    Tout part des Minutes parisiennes, entreprise de l’éditeur Ollendorff autour de 1900. Écrivains et graveurs devaient dépeindre 24 heures de Paris heure par heure. Il n’y en eut que onze de réalisées.

    La Bibliothèque emboîte le pas d’Ollendorff, ajoute textes, dessins et photographies d’aujourd’hui. Paris 1900 et Paris 2020 dialoguent…

    Ainsi à 7 h du soir, Louis Stéphane Ulysse et Thomas Beulaguet répondront à Gustave Geffroy et à Joaquim Sunyer ; à 9 h du soir Jean-Philippe Domecq (texte et photos) répondra à Jean Lorrain et à Théophile Alexandre Steinlen ; à 8 h du matin, Nadja (texte et dessins) répondra aux 10 h du soir de Joris Karl Huysmans et à Charles Jouas.

    L’alchimie du temps qui passe, de Paris qui change s’effectue sur plus d’un siècle, dans l’esprit du lecteur qui lit successivement une heure ancienne et une heure actuelle. Précipité passionnant de la cité, expérience, rêverie qui se dégage de ces rencontres.

    Paris change et ne change pas. À la lecture de ces voyages dans le temps on se posera la question. Les rues, la disposition des immeubles, la grande toile d’araignée… Le Dictionnaire historique des rues de Paris de Jacques Hillairet datant de 1963 aurait pu être aussi bien lu par l’équipe de 1900 que par celle de 2020, à quelques modifications près… Nous verrons que c’est dans la manière de voir, dans les consciences des Parisiens, que Paris change encore davantage.

    La phrase et le dessin…

    Biographies parisiennes

    Jean-Philippe Domecq : romancier, essayiste, aussi passionné par l’art, la politique, la vitesse, il a publié entre autres Robespierre, dernier temps, et plus récemment, Le Jour où le ciel s’en va, Exercices autobiographiques, L’Ame, la mort, le fils. Il vit près de la gare du Nord.

    Gustave Geffroy (1855-1926) : À cheval entre le socialisme et la critique d’art, il défendit les impressionnistes et Proust pour son Goncourt, écrivit la grande biographie de Blanqui, L’Enfermé, s’intéressa à la Commune, L’Apprentie, participa à deux heures des Minutes parisiennes et fut l’ami de Monet et de Clémenceau.

    Joris-Karl Huysmans (1848-1907) : né à Paris, rue Suger, styliste et esthète, d’abord proche des naturalistes et du cercle de Médan, il découvrira successivement le dandysme avec À Rebours et Des Esseintes, puis la conversion, le Christ avec En Route et L’Oblat. Il fut aussi un étonnant critique d’art.

    Charles Jouas (1866-1942) : dessinateur, graveur, né au faubourg Saint-Antoine, rencontre Henri Beraldi qui lui commande une série de dessins sur Paris (les travaux du métro), illustre Huysmans, Henri de Régnier, a une passion pour les Pyrénées et son fonds se trouve au musée pyrénéen de Lourdes et à Carnavalet.

    Jean Lorrain (1855- 1906) : écrivain avant tout, décadent, interlope, journaliste, critique, on pourrait lui prêter selon Eric Walbecq le mot de Claudel sur Rodin : « ce gros œil proéminent de luxurieux, il faisait le “morceau”. Il avait le nez sur le modèle et le “morceau”. » On retiendra de lui Monsieur de Phocas, Venise, Le Vice errant et ses Pall mall semaine, qui valent bien Les Lundis de Sainte-Beuve.

    Maurice Miette : artiste, féru de pseudonymes, vit à Paris, près du Canal de l’Ourcq, illustrateur de couverture CD, de livres, comme Darwin au bord de l’eau, Il était une demi-fois.

    Nadja : Figure de la BD et du livre illustré, artiste, conteuse, elle a publié Chien bleu et plus récemment le cycle des Filles de Montparnasse (tome 1, 2, 3), Ô Cruelle, et Blanche Neige et grise pluie. Née à Alexandrie, elle vit près de Bastille.

    Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923) : d’origine suisse, dessinateur, peintre, affichiste, anarchiste et montmartrois de cœur, fréquente le Chat Noir et Toulouse-Lautrec, participe à L’Assiette au beurre et à Gil Blas.

    Joaquim Sunyer (1874-1956) : catalan d’origine, vient à Paris au Bateau-Lavoir de Montmartre vers 1900, peintre, graveur, dessinateur, ami de Steinlen et d’Utrillo, illustre Le Soliloque du pauvre de Jehan Rictus, il participe à plusieurs heures des Minutes parisiennes.

    Louis –Stéphane Ulysse : écrivain, scénariste, il est l’auteur de Harold, La Fondation Popa, Médium, un jour de pluie et d’un coffret livres, Une histoire du western. Quand il n’est pas à Paris du côté de la porte de Clignancourt ou de Belleville, il vit en Grèce ou non loin d’Étretat.

    22,00Ajouter au panier