Dernières parutions
May
Hubert-Haddad-1
Couverture Kipling
JacobiRenoncants
couv-kasbi-472
damadabat

Poupée de cire, Poupée de son… – Lexnews

 

 

 

Ce premier petit ouvrage signé Jean-Roche Siebauer se veut avant tout rêverie, rêverie où se glissent les mystères et les charmes des songes, troubles et frémissements transmis ; rêves diurnes, songes éveillés ou plus sûrement encore fantasia écrite que l’auteur laisse simplement s’envoler… On y rencontre ainsi Diane et le cerf, Alice et son auteur, bien sûr, et Lolita, « Lolita, elle, c’est démone, succube à la moue molle », mais également la poupée du peintre Kokoschka … Le décor est planté, le titre l’annonçait : Nymphes, sirènes, poupées, anges et autres larves. Il aime les papillons, J-R Siebauer, et plus encore les chrysalides et les métamorphoses ; et pour ce cabinet de curiosités bien à lui, singulier, y laisse filtrer un certain éclairage ou une étrange brume où s’entrelacent rêves et réalités, petites filles et fées, émerveillements troublés et merveilleux tremblés. Il songe aux nymphes comme aux œuvres perdues qui ont pour lui « la beauté des impossibles ; ce sont des ondes, comme la libération d’un gong bien après qu’il s’est tu ». Plus proche de Gradiva que de Zoé – même si on y croise Barbie, cette anti Lolita – adoptant, une écriture déliée, non réfléchie au sens littéral de non-prudence, aux accents parfois malicieux et aux sonorités poétiques, l’auteur s’avance presque en somnambule sur son fil. Se croisent aussi page après page, Ulysse et Actéon, des poètes, quelques dandys, des entomologistes, mathématiciens, médecins ou illustres et curieuses personnalités, mais aussi Mélusine, ses sœurs et autres cousines, des Naïades et Néréides proches des fontaines et sources lascives… Images, jeux de miroirs et illusions se succèdent, s’enchainent, parfois s’effacent ou reviennent. Une succession de décors flottants, de kaléidoscopes aux étranges perceptions hypnotiques donnés par une écriture rêvante où s’entremêlent littérature, mythologie et légendes. Un livre assurément pour lecteurs sans soucis. « On ne se méfiera jamais assez, de ces rives vagues, de ces rires cristallins comme l’onde, de ces histoires d’eau, de ce chaos. Là est la vase où pourrissent, dans cet entre-deux mi- terre mi- eau, glauques et flous, des cerfs morts, des ophélies pâmées, des narcisses fanés. Non loin passe une barque que guide un austère professeur ; là se dévêt une déesse, çà et là volettent des demoiselles, des papillons. Ce sont les bords d’une rivière, et c’est à l’écart de la ville, hors les murs… » A moins que la Nymphe Syrinx une fois encore ne s’enfuie…nous laissant entendre que l’écho d’un fluet roseau…

L.B.K.

Jean-Roch SIEBAUER : « Nymphes, sirènes, poupées, anges et autres larves. », Paris, Ed. La Bibliothèque, Coll. Les Billets de La Bibliothèque, 2013, 89 p.

www.lexnews.fr

« Me sera-t-il permis de répéter que la bibliothèque de mon père a été le fait capital de ma vie ? La vérité est que je n'en suis jamais sorti. » Jorge Luis Borges