Actualités

Dernières parutions
Domecq
May
Hubert-Haddad-1
Couverture Kipling
JacobiRenoncants
couv-kasbi-472
damadabat

Marché de la poésie — 10 juin

 

Campement place Saint-Sulpice du 7 au 11 juin, tente 610, venez nombreux.

Signature de Jean-Philippe Domecq le samedi 10 juin  à 16 H

Exercices autobiographiques
Jean-Philippe Domecq

 

 

Marie Alstadt, Cécile Guilbert, Hélène Renon et Claire Tencin tendent leur fil d’Ariane pour dénouer le labyrinthe de Jean-Philippe Domecq. Maïeutique peut-être, exercice passionnant, souvent.

Politique, art, vitesse, paysage mais aussi réminiscences, parcours d’un homme prenant à son compte le « je suis moi-même la matière de mon livre » et pour notre plus grand plaisir

LEX NEWS
Joy Coulentianos : May


C’est un joli et étrange ouvrage que ce livre nommé simplement « May » de Joy Coulentianos et traduit du grec par Jacques Darras ; une douce étrangeté qui vous enveloppe, happe et ensevelit.
Deux femmes, deux sœurs anglo-saxonnes, la quarantaine, quelques jours ensemble, de nouveau, sur cette île, quelque part en Grèce ; la mer, les crêtes, l’Acropole et le vent qui siffle, hurle parfois… L’une, May, raconte ses amours tout juste vécues, intenses, pulsionnelles, et se souvient, surtout, passionnément meurtrie, de cet amour au deuil encore suspendu, revenant inlassablement, et puis de cet autre encore qui l’appelle, l’obsède, la perdra peut-être de nouveau pour toujours, qui sait ?….Mais ici, rien d’un banal roman ; non, ici, c’est l’atmosphère de cette Grèce au soleil mordant, aux nuits sans fin, Grèce orthodoxe avec ses cimetières et ses rites d’un autre âge, secrets et envoûtants. Là, dans les grottes éternelles, cachées au-dessus de la mer Égée, et les tas de débris d’os, l’amour affronte sans complaisance la mort, un questionnement ininterrompu dans un dialogue mêlant l’érudition et le tendre sérieux de l’une, la sensualité et l’imagination de May, la mythologie, les rites chrétiens, orthodoxes, protestantisme et paganisme… Un dialogue où s’immiscent la narration, l’ivresse, le Zeïbeitico, la sensualité, les blessures et l’angoisse des nuits sans réponses. Chacune, à sa manière, tente de comprendre et d’expliquer ce qui fait qu’elle est, elle, « May ». On ne sait pas grand-chose d’elle, de cette femme passionnée, énigmatique, tombée amoureuse un jour d’un écrivain grec mort, pas plus sur l’auteur, Joy Coulentianos, en dehors de ces tendres et émouvants souvenirs que nous donne à lire Jean Blot dans sa postface. Comme un sarcophage ouvert dans la lumière crue de la lune, se superposent les héroïnes : l’auteur, son héroïne May, et celle encore de « Dis-moi qui aimer… », ce livre écrit par cet écrivain grec, avant May. Mais, « Qui est May » ? (« Qui aimer ? ! ») – Tous, lui disent : « May, tu ressembles à l’héroïne de « Dis-moi qui aimer… » ; sortilège, fatalité ? Ce sont les vents de la Grèce, ceux qui harcèlent, obsèdent, et ses dieux – Dionysos ou Bacchus, Hadès, Pan – qui soufflent, tournent les pages, faisant ensevelir les morts, ouvrant les tombes, les esprits et les âmes, et regardant souffrir, mourir, agoniser les vivants de leurs blessures et de leurs peurs trop humaines. Putains, amours, maquereaux, rêves, mort, sexualité et éternel féminin irriguent les veines de ces pages comme le vin, oublieux, submergeant et solitaire. Un livre d’une étrange force tel un poignard ciselé par sa propre victime. Il faut l’ouvrir comme on accepte de regarder le soir venir et la nuit grecque approcher, le temps d’un étrange songe, d’un amour éperdu, d’un livre…

L.B.K.

« Vous avez dit « Bizarre » ? » – 20 juin 2017 – 19 h 30

 

« BIZARRE » était le nom d’une revue littéraire et artistique d’inspiration pataphysico-surréaliste qui a paru de 1953 à 1968 – d’abord publiée par Éric Losfeld, puis par Jean-Jacques Pauvert.

Sous cette estampille, Les Mille-Feuilles​ ont choisi de consacrer leur 147e rencontre à l’édition d’avant-garde et aux littératures insolites, en présence des écrivains/éditeurs ÉRIC POINDRON et JACQUES DAMADE et de l’éditrice JOËLLE LOSFELD (et à partir de leurs travaux respectifs).


Merci, donc, de bien vouloir noter et de faire savoir que,
le MARDI 20 JUIN prochain À 19H30,
dans le cadre des Mille-Feuilles au restaurant Le Trumilou
[84 quai de l’Hôtel de Ville – 75004 Paris, métros: Pont-Marie ou Hôtel-de-Ville],
nous pourrons rencontrer et entendre :

  • ÉRIC POINDRON, éditeur, écrivain, critique littéraire et collectionneur
    [parmi ses derniers titres : L’Étrange Questionnaire, Les Venterniers / « La Chambre forte », 2016, et

Comme un bal de fantômes, roman-poème et poésies, Le Castor Astral / « Curiosa & cætera », 2017],

  • JOËLLE LOSFELD, pour son propre travail d’éditrice

et pour la réédition des mémoires de son père, ÉRIC LOSFELD :
Endetté comme une mule ou la Passion d’éditer, Belfond 1979 / Tristram 2017,

  • JACQUES DAMADE, enseignant, éditeur et écrivain, fondateur

et directeur, depuis 25 ans, des Éditions La Bibliothèque, pour :
            Abattoirs de Chicago – Le monde humain, La Bibliothèque, 2017.

Les livres des auteurs invités seront disponibles sur place
grâce à la Librairie LA BELLE LURETTE, 26 rue Saint-Antoine – 75004 Paris.

La présentation et l’échange, formalisés,
seront suivis d’un second temps, plus informel, autour d’un repas,
le tout, indissociable, pour le prix de 27 € (hors boissons).

IL EST IMPÉRATIF DE RÉSERVER (au moins 5 JOURS à l’avance) :

06 08 43 50 53 ou contact@mille-feuilles.fr

 

Marché du livre – 21 mai – 14 h 30

 

« Hommage aux éditeurs, passeurs, de littératures oubliées »

Rencontre littéraire
Dimanche 21 mai à 14 h 30
Parc Georges Brassens

Invités :
Éditions du Sonneur
Éditions Fario
RN Éditions
Éditions La Bibliothèque
Éditions Poesis
Raskar Kapac
Blog « Les Ensablés »


Zone Critique et l’œuvre de Vincent La Soudière

Débat animé par Agnès Denis (Librairie Courant d’Air)

104, rue Brancion, Paris XVe
Métro : Porte de Vanves

www.gippe.org

 

May
Joy Coulentianos

 

 

Postface de Jean Blot
Illustrations de Cristina Barbosa

Sur une île des Sporades, dans cette lumière de la mer Egée, Joy Coulentianos, née à Boston en 1926, compagne du sculpteur Costas Coulentianos, grecque d’adoption, nous livre un très beau et mystérieux portrait de femme. May, que nous allons suivre dans ses méandres —les tavernes, la compagnie des hommes et des morts—, quête un amour perdu avec un courage qui va jusqu’à la débauche, la compromission, au risque de se perdre.

ISBN : 9782909688848 ⋅ 188 pages, trois illustrations, 14 €

 

________________________________

14,00 Ajouter au panier

 

Comme un étrange repli dans l’étoffe des choses ⋅
Expériences critiques
,
Hubert Haddad

 

 

En nous offrant quelques-unes de ses préférences, Hubert Haddad nous livre une sorte d’autoportrait à la manière d’Arcimboldo. On y croisera des trains, on entendra une défense du roman, on y embarquera avec Paul Wenz, on suivra Proust, Gracq, Hugo, Châteaureynaud et on vaquera dans les limbes de Modiano… Facettes d’un miroir habité et terriblement inspiré.

ISBN : 9782909688824 ⋅ 160 pages, trois illustrations, 16 €

 

________________________________

16,00 Ajouter au panier

    Notes d’Amérique
    Rudyard Kipling

    Inédit en français

     


    Traduction, préface et notes de Dominique Beugras
    Illustrations de Grégoire Louis
    Collection L’Écrivain Voyageur

    En 1889, âgé de 23 ans, déjà auréolé d’une réputation de génie précoce, celui que des années plus tard Orwell nommera « le prophète de l’impérialisme britannique », Rudyard Kipling traverse le États-Unis. Il y passe quatre mois, et avec cette énergie qu’il avait déployée aux Indes en tant que jeune reporter et factotum du journal anglo-indien The Pioneer, il arpente le pays tout entier, visite San Francisco, pêche le saumon, côtoie cow-boys et industriels, traverse Yellowstone, visite les abattoirs de Chicago. Il envoie ses notes au Pioneer où elles seront publiées en bonne page avant d’être reprises dix ans plus tard en ouvrage.

    Traduit ici pour la première fois en français par Dominique Beugras.

    Éditions La Bibliothèque, 166 pages, quatre illustrations – ISBN : 782909 688817 – 17€

    ________________________________

    17,00 Ajouter au panier

    venise

    « Me sera-t-il permis de répéter que la bibliothèque de mon père a été le fait capital de ma vie ? La vérité est que je n’en suis jamais sorti. »

    Jorge Luis Borges

    La Bibliothèque Numérique